DE LA NÉCESSITE DES EXCÈS… RÉGULIÈREMENT

Des similitudes de raisonnement dans des domaines différents permettent parfois de considérer ces réflexions comme d’une justesse évidente.

Lors d’une conférence de la clinique du coureur à laquelle j’ai assisté, il a été présenté le concept de quantification du stress sur laquelle est basée leurs programmes pour éviter les blessures et de retour après blessure. La définition de ce concept est le suivant :

LE CORPS S’ADAPTE !
Dans la mesure où le stress appliqué n’est pas plus grand que sa capacité d’adaptation, le corps s’adapte.

Il faut cependant un niveau de stress suffisant pour créer les adaptations.

Quantification du Stress.png

 source : https://lacliniqueducoureur.com/quantification-du-stress-mecanique/

Et oui le corps s’adapte et c’est même une magnifique machine qui se répare elle-même, et c’est même un des raisonnements de la médecine traditionnelle chinoise : donner au corps les moyens de s’auto-guérir. Une maladie, un symptôme est le signe d’une fonction dégradée soit par sur sollicitation, soit par absence de sollicitation ou enfin par traumatisme externe.

Fonction dégradée par sur sollicitation

La sur sollicitation fait clairement écho à notre capacité d’adaptation. Nos réserves de Qi et en particulier de Yuan Qi se sont épuisées ce qui diminue notre capacité d’adaptation. Il en résulte une faiblesse pour se battre contre toutes les agressions externes et internes dont fait l’objet le corps tous les jours. Or notre réserve de Yuan Qi n’est pas constante au fil du temps, des saisons, des années etc… On le sait en médecine traditionnelle chinoise, notre réserve de Yuan Qi se vide au fil des années, bien que reconstituée en partie par l’alimentation, la respiration etc… On emploie souvent l’image d’une lampe à huile pour évoquer notre réserve de Yuan Qi. Lorsqu’il n’y a plus d’huile la flamme de la vie s’éteint. Les méthodes de préservation de la vie tendent à solliciter le moins possible ce Yuan Qi pour vivre le plus longtemps en bonne santé et je vais oser de mourir en bonne santé.

Fonction dégradée par sous sollicitation

En revanche ne pas solliciter du tout un mécanisme d’adaptation du corps ( par exemple la gestion de la glycémie ) va nécessairement amener à une diminution de la capacité d’adaptation au stress en question et à terme à une absence d’adaptation. Et là on peut faire référence à des diabètes déclarés chez des personnes ayant une alimentation ultra contrôlée, à des fonctions hormonales atones suites à l’usage de pilules contraceptives etc…  Il faut solliciter le corps dans toutes ses fonctions afin qu’il garde et renforce ses capacités d’adaptation.

La voie du juste milieu

Depuis que je pratique la Médecine Traditionnelle Chinoise et le Shiatsu, je préconise la mise en oeuvre de pratique quotidienne ou régulière de respiration consciente, d’activités physiques, d’une diététique de pleine conscience etc…, mais je précise aussitôt que faire quelques excès est aussi une nécessité. En effet toute fonction non sollicitée s’endort puis s’arrête de fonctionner.  Dans le domaine de l’alimentation, il est clairement souhaitable d’avoir pour la plupart des repas une hygiène alimentaire, mais afin de garder en état toutes les fonction de régulation et d’adaptation du corps, le solliciter régulièrement par quelques excès est un bon réflexe et ce qui ne gâche rien, permet aussi une vie sociale « normale » pour partager quelques bons plats dont notre pays est si riche. Cela est vrai dans tous les domaines : on le sait bien, lorsque suite à une fracture on nous met un plâtre, la zone  concernée n’est plus du tout sollicitée et on constate entre autre une perte musculaire lorsque quelques semaines plus tard on enlève ce plâtre : une activité physique régulière et adaptée à sa condition du moment est un excellent moyen d’activer ses capacités d’adaptation.

Le TAO, la voie du juste milieu n’est pas la voie du tiède, de l’absence de vie, c’est même tout l’inverse, c’est exalter toute les capacités de cette merveilleuse machine qu’est le corps humain sur tous les plans :  physiques, physiologiques, mental, spirituel, émotionnel.

Une réponse à “DE LA NÉCESSITE DES EXCÈS… RÉGULIÈREMENT”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :