TOUCHER, PRÉSENCE ET ENGAGEMENT EN SHIATSU

toucher plein FB

De tous les soins manuels que je connaisse qu’ils soient occidentaux ou asiatiques, seul le shiatsu m’évoque avec autant d’évidence un toucher singulier ; et en tant que praticien et formateur je pense que la raison principale de cette singularité réside dans le fait que le Shiatsu n’est pas qu’une technique manuelle : il s’adresse bien entendu au corps physique à travers notamment les tissus mous, les fascias etc… mais aussi à toutes les articulations du corps y compris les articulations vertébrales.  Mais en Shiatsu, le corps du receveur n’est pas vu comme un squelette articulé, maintenu en équilibre par des forces musculo-tendineuses qui permettent aussi le mouvement, ce déséquilibre contrôlé. C’est aussi un corps physiologique auquel on s’adresse, permettant plus ou moins consciemment lors de la séance de relancer ou de contrôler telle ou telle fonctions organiques, musculaires, cellulaires etc… C’est aussi un corps énergétique qui est adressé à travers les méridiens et les Tsubos qui sont autant d’antennes vers le monde extérieur, captant et émettant des vibrations. C’est aussi un corps émotionnel, mentalqu’il faut savoir calmer et apaiser bien souvent, pour que le lâcher prise permette une séance des plus profitable.
Le shiatsu, à travers le toucher et la présence du ShiatsuShi a pour effet d’adresser tous ces aspects de la personne receveuse.

Dans notre société occidentale, beaucoup d’enseignements commencent par le savoir, la connaissance théorique qui est très intéressante et profitable sans aucun doute mais qui laisse peu d’espace à la découverte sensorielle, sensitive. Ce n’est pas le cas en Shiatsu et dès le début de l’enseignement, on travaille à éveiller une présence et un engagement simple mais bien réel.  Cela me rappelle une anecdote avec Kyoko Kishi lors d’un stage de Seiki qui nous voyant noter durant une démonstration, nous demande de lâcher nos cahiers et de regarder avec toute notre présence. Il faut être présent pour voir et écouter.
On parle souvent du Shiatsu comme un art; et bien pour découvrir et écouter le corps de notre receveur avec la sensibilité nécessaire au diagnostic et au traitement, il faut effectivement une âme d’artiste.

J’ai abordé un peu plus avant les différents corps adressés par le shiatsu. Force est de constaté qu’ils ne sont pas indépendants, mais qu’ils sont différents plans d’un même être. Par exemple une action sur un méridien (énergétique) va avoir pour conséquence une réponse physiologique et organique. C’est souvent surprenant pour le receveur d’entendre des bruits au niveau des organes internes (intestins, VB etc…) lorsque le travail en cours se situe notamment sur le méridien du Foie au niveau des jambes ou pour d’autres méridiens au niveau du cou. On a alors parfois des réactions un peu gêné : « excusez-moi….« .
Je m’empresse alors de les rassurer par une phrase comme
« C’est une discussion entre moi et votre Foie (ou votre VB ou …); et comme il est poli il me répond« .

Relâchement physique, équilibre Physique et énergétique, lâcher prise mental et physique, équilibre des systèmes sympathique et parasympathique, activation hormonale etc… nous allons par le Shiatsu agir sur l’individu de façon globale.

Mencius

Mais pour que le corps ait une réponse adéquate, il est cependant nécessaire d’avoir un toucher bien évidemment adapté à la condition du receveur, mais aussi et surtout un toucher plein c’est-à-dire un toucher qui traduit une présence véritable pleine et entière, bienveillante, qui a une action presque immédiate sur le Shen. Et cela fait écho à l’article sur l’importance du premier contact que je vous invite ici à relire. Et quand je dis que ce toucher plein est nécessaire il l’est pour adresser certains plans.
Vous connaissez peut être le pictogramme de Mencius. C’est une représentation de l’homme à travers ses différents plans : anatomique, physiologique, énergétique, émotionnel, mental et spirituel. Toute perturbation sur l’un de ces plans aura des répercussions sur tous les autres. Aussi, toute action sur un plan aura des répercussions sur les autres. Il sera cependant plus facile pour le ShiatsuShi qui travaille sur le plan énergétique d’avoir un impact sur les plans inférieurs soit les plans physique et physiologique que d’atteindre le plan spirituel. Pour atteindre les plans supérieurs, c-a-d les plans émotionnel et mental voir spirituel, le praticien se doit d’être d’une maîtrise parfaite dans la perception, l’intuition, le diagnostic et le traitement et ceci ne  peut se réaliser qu’à travers un toucher plein, une présence et une intention.

J’ai parfois l’occasion d’échanger avec des Kinés, et lors d’une récente discussion avec plusieurs d’entre eux, j’ai été surpris de constater que la partie massage de leur activité n’était pas vraiment considérée, que la partie palpatoire de leur diagnostic est un passage obligé, une action mécanique qui engendre des réactions mécaniques (blocage, tension, douleur) : on reste principalement dans les plans inférieurs. Il en est tout autrement en Shiatsu et même si le terme massage au sens strict est peu approprié, le simple fait de toucher plus ou moins profondément les tissus mous tels que les muscles donne une coloration de massage au Shiatsu.

Le shiatsu ce n’est pas de simples papouilles de confort ; il y a un toucher propre qui dépend du thérapeute et de la qualité de sa main, une main à dominante TERRE, la main du masseur par excellence (mais aussi du potier etc…) mais aussi de l’envie qu’il témoigne à son receveur chaque fois qu’il s’incline vers lui (son Hara bien sur mais aussi tout son corps) pour lui dire combien il est à son service.
Au delà du toucher, il y a un réel engagement en Shiatsu ; un engagement tout d’abord physique par l’action de son propre corps, ses mains et ses doigts, mais aussi un engagement plus subtil : celui de l’intention qui porte de multiples vibrations par l’intermédiaire du toucher, de la vue, l’attention etc…

Cet engagement surprend souvent mes receveurs et notamment lors de la première rencontre sur le futon. Ils le ressentent physiquement par les pressions exercées sur l’ensemble de leurs corps, mais aussi par la durée de la séance et la présence entière, puissante et rassurante du toucher du praticien. Une séance de Shiatsu est vécue comme « une découverte surprenante » qui permet de se reconnecter à son propre corps dans toutes ses dimensions.

Le Shiatsu est un art, l’art de mêler avec subtilité toucher, présence, intention et engagement mais aussi écoute, celle qui permet laisser au receveur le temps d’accepter la proposition.
Toutes ces notions sont au cœur de tous les stages et formations proposés ici et notamment le prochain stage sur le traitement des maux de dos.

4 réponses à “TOUCHER, PRÉSENCE ET ENGAGEMENT EN SHIATSU”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :